Bateria (Brésil): de l’Espagne à Kingersheim

Nos amis de FutsalCorner.es sont allés à la rencontre du transfert du moment dans le futsal français: celle de l’international brésilien Dione Alex Veroneze, alias Bateria (Inter, Barça, Cartagena …) qui quittera le meilleur championnat du monde pour la D2 française, vers le club alsacien de Kingersheim. En partenariat avec le média espagnol, MadeinFutsal vous en dit un peu plus sur le virtuose passé notamment par les plus grands clubs espagnols, en prévision des nombreuses belles soirées samba-choucroute qui se profilent dans la ville du Haut-Rhin.

Nous allons à la rencontre de l’un des meilleurs gauchers qui a joué en Espagne ces dernières années: Dione Alex Veroneze, ou comme le connaissent les amoureux du futsal, Bateria. Comme d’autres grands cracks, il a choisi la France comme destination. Exactement, il se rend à Kingersheim, une équipe qui a joué cette année la D2 (équivalent à notre deuxième division) et qui veut apporter de la qualité avec l’incorporation de joueurs comme Eka ou le jeune espoir U19, Jaeger, en plus du joueur originaire de la ville de Palmito au Brésil. Aujourd’hui, nous prenons un café avec Bateria.

Question: Commençons par une petite question. Pourquoi la France?

Réponse: J’ai été frappé par la façon dont le projet m’a été présenté, par la façon dont ils veulent grandir et faire le saut vers la professionnalisation à Kingersheim, et en France. Ils pensent que je suis l’un des joueurs qui peuvent les aider à faire ce saut.

Q: La ville est presque à la frontière avec la Suisse, n’est-ce pas un petit endroit un peu froid pour un Brésilien?

R: (Rires) Vous dites toujours ça, mais je viens du sud du Brésil et là-bàs se vivent les deux extrêmes, oui il fait chaud en été mais aussi très froid en hiver, donc j’y suis habitué.

«Je connais le risque de quitter le« radar »du fan, mais j’ai confiance en mes possibilités de revenir en équipe nationale»

Q: Y a-t-il des garanties d’obtenir cette montée pour laquelle vous plaidez dans les médias?

R: Il n’y a aucune garantie, mais je n’ai pas non plus pris cette décision sur le fait de jouer en première ou seconde division. Évidemment, je suis ambitieux, les gens qui me connaissent le savent et je veux toujours jouer avec les meilleurs. Il y a un appel (recours) qui a été lancé et de bonnes options pour l’équipe monte. Le président doit rencontrer des gens de la Fédération cette semaine pour se plaindre de la décision prise, nous verrons ce qui se passera.

Q: Souvenons-nous qu’après la suspension, ils étaient à égalité de points avec Chavanoz et il a été décidé qu’ils monteraient en D1 parce qu’ils avaient joué plus de matchs à l’extérieur.

R: C’est ça. On voit qu’il s’agit d’un critère qui n’était pas stipulé dans le règlement et ne devrait donc pas être valable. Il y a une information qui dit que le Conseil d’Etat français a annulé toutes les montées et descentes dans les championnats non-professionnels (comme le futsal), donc tout le processus devrait être refait et là j’espère ma signature comme celle d’Eka pourra favoriser une décision en faveur de Kingersheim.

«J’aurais aimé rester à Carthagène, mais il n’y avait pas de circonstances favorables»

C’est important médiatiquement qu’en plus de Ricardinho à ACCS , ou de ce que fait Orchies, nous pourrions également être présents. Pour la France au niveau du futsal, il serait très important que trois équipes aussi puissantes puissent se disputer le titre. Quoi qu’il en soit, il faut tenir compte des règlements, bien sûr, car nous ne voulons pas y être si ce n’est pas mérité

Q: Puisque vous avez mentionné Eka, qui vous accompagne de Carthagène, quelqu’un du club vous a-t-il demandé des conseils ou a-t-il intercédé pour clore toute autre signature?

R: Oui, puisque le club gère différents noms, il y a quelques idées comme Eka, qui dès que je l’ai proposé, ils ont dit oui instantanément, et ils sont en train de réfléchir – avec mon aide – qui d’autre incorporer. C’est un joueur de premier plan, et je sais qu’il peut apporter beaucoup. De plus, ils ont déjà amené le gardien de but de l’équipe suisse, un international français U19, en plus des Espagnols qui sont déjà là … Il nous manque peut-être un autre top joueur pour compléter l’équipe.

Bateria avec le maillot de Kingersheim

Q: La France sera-t-elle une étape pour revenir à nouveau en LNFS, comme après votre passage à Marreco (Brésil), ou est-ce définitif cette fois?

R: Je ne saurai pas te dire. Il est vrai que lorsque j’ai signé pour Marreco, je l’ai fait en pensant à revenir un jour. Je ne m’attendais pas à ce que ce soit aussi rapide, en seulement six mois, mais oui j’y ai pensé à ça. Mais pour le moment je n’y suis pas arrivé, donc je n’ai même pas envisagé de revenir. L’Espagne est ma maison, j’aurais aimé rester ici, prioritairement à Carthagène, mais cela n’a pas été possible. Mon idée est d’aller à Kingersheim pour aider, ce qui se passe à l’avenir je ne le sais pas.

Q: Et au niveau de l’équipe nationale, vous êtes-vous déjà demandé si le fait d’aller en France vous rendrait moins visible? En plus que maintenant la Coupe du monde a été retardée d’un an …

R: Honnêtement, non, parce que si j’avais pris la décision en pensant à l’équipe nationale, jamais je ne serais venu. Parce que, peu importe la taille d’un joueur, si vous allez dans un pays où il n’y a pas de tradition de futsal, et notamment dans une équipe de deuxième division, où il n’y aura pas autant de matchs télévisés – ou même aucun match– les gens te perdent de vue. Ce n’est pas un endroit comme l’Espagne, la Russie ou le Portugal, où vous avez plus de visibilité. Alors que quand je me sentirai mieux, que je jouerai à nouveau, je sais que mon nom sera là. J’étais revenu dans l’équipe nationale et ils me connaissent, donc s’ils me voient en bonne condition et que jouent beaucoup de minutes, je pense que je peux revenir. En plus, ce n’est pas juste d’être bien, c’est qu’il y a beaucoup de concurrence et surtout dans ma position. Il y en a même trop (Rires).

Q: Parlons précisément de tes anciennes équipes. De quoi te souviens-tu avec le plus d’affection?

R: Il y a tellement de bons moments qu’il est difficile de choisir. Avec l’Inter c’est le titre de champion, la Copa de Logroño avec le but dans la dernière seconde. De ma période du Barça, même si je n’ai pas eu de titres, je garde tout, ce furent des années incroyables où j’ai peut-être eu mon meilleure niveau sur un parquet. Et aussi avec Cartagena, ce premier match, où j’ai débuté avec un but, a été un super moment sympa. Il y a beaucoup de souvenirs, et pas seulement sportifs, qui sont très bien, mais il me reste à laisser ma marque où que je sois, et je pense que dans les trois équipes que j’ai eu jusqu’ici en Espagne, j’ai pu concrétiser cette affection. Les gens m’ont apprécié, j’ai laissé des amis, je suis parti avec les portes des clubs ouvertes …

Bateria célébrant un but avec l’Inter

Q: Cependant, de ton passage à l’Inter, il y a eu beaucoup d’affection qui s’est transformée en rancune, sinon pire, quand on a appris un an à l’avance que vous partiez pour Barcelone. Cette fuite vous a-t-elle dérangé?

R: C’était un moment clé, car l’Inter avait passé de nombreuses années sans gagner de titres et je me souviens que nous étions tous très concentrés la réalisation de cet objectif. Il est vrai que la nouvelle était sortie depuis longtemps et les critiques ont commencé à pleuvoir sur moi, mais peut-être moins que ce à quoi je m’attendais (rires). Il y avait beaucoup de gens qui l’ont amené au niveau personnel, qui ont agressé verbalement ma famille, et cela m’a beaucoup dérangé. Ce n’était qu’une petite partie de l’affection, j’ai pu retourner à Torrejón et profiter de l’amour des gens, mais à certains moments, il y avait ceux qui se comportaient très mal avec moi.

Q: Souvenons-nous qu’il y avait une partie des tribunes qui vous appelaient « pesetero » (celui qui ne pense qu’à l’argent), des billets d’un dollar étaient faits avec votre visage … Mais, si on regarde le côté positif, alors que certains l’ont fait, le reste des fans vous ont applaudi encore plus fort contrer cela.

R: Je suis un gars très positif, qui cherche toujours le bien dans tout ce qui m’arrive. Que me donne l’autre? Rien. J’avais pris une décision que je pensais être la meilleure possible à l’époque. Ces gens qui m’ont insulté feraient sûrement la même chose dans leur travail s’ils ont leur offraient de meilleures conditions qu’aujourd’hui. Pour moi, c’était une opportunité très intéressante, un défi différent que l’on ne me proposerait plus jamais. J’étais dans le club le plus performant du monde et j’étais très à l’aise, mais je sentais qu’aller à Barcelone était un défi que je devais relever, que je cherchais quelque chose comme ça depuis longtemps. Je suis sûr qu’à ce moment-là, 99% des joueurs, non pas de l’Inter, mais du monde entier, accepteraient une offre comme celle qui m’etait venue.

«À l’Inter, c’était super, mais j’ai senti que je devais aller à Barcelone; c’était une proposition impossible à refuser, mais pas seulement économiquement parlant »

Je savais que les gens qui me critiquaient m’aimaient beaucoup et ce changement les dérangeait. C’est normal, j’ai mon équipe de cœur au Brésil. Si un joueur échange l’International contre Gremio, je dirai qu’il est fou et je ne le comprendrai pas. Bien sûr, il serait critiqué, mais sans tomber dans l’insulte, sans parler de sa famille. Il y avait un garçon, pour commencer, qui m’a écrit sur Instagram. Il ne voulait pas de photos ou de T-shirts … Il voulait juste s’excuser et que j’accepte ses excuses. Il m’a dit qu’il avait été l’un de ceux qui m’avaient insulté et qu’il se sentait très mal, il avait besoin de savoir que je lui pardonnais et de pouvoir continuer sa vie normalement.


Q: C’est vraiment comme dans n’importe quel domaine de la vie, celui qui vous aime le plus, sera celui qui trahi le plus. Mais avec le temps, tu assumes que c’est une décision que tu as prise pour t’améliorer, et tu dois l’accepter.

R: Bien sûr, mais quand j’ai pris la décision, comme je le disais, ce n’était pas mal à l’Inter. Au contraire, j’étais très bien dans le club et avec les fans. Si je me rendais dans un centre commercial, pourtant pas à côté d’Alcala de Henares (la ville de l’Inter), les gens me reconnaissaient et s’arrêtaient pour prendre des photos de moi, comment pourrais-je ne pas être heureux! Je devais prendre une décision importante et je l’ai fait, mais ce n’était pas seulement une question économique, comme indiqué. Bien sûr, ils m’ont augmenté, c’était une augmentation importante, mais cela allait aussi dans un club important avec beaucoup de poids, et je voulais relever ce défi.

Bateria avec le Barca

«Je suis allé à Marreco en pensant à retourner en Espagne, mais je n’aurais jamais imaginé que je le ferais si tôt»

Mais je ne garde que le bien: avec un Palau au sommet et les Dracs scandant mon nom (les fans du Barca Futsal), avec des buts décisifs et avec les amitiés que j’ai laissées là-bas. Les gens ont dit que j’étais parti du Barça par la porte arrière, mais c’est un mensonge. Quand je reviens à Barcelone, je parle à tout le monde et ils me reçoivent avec beaucoup d’affection. Je suis parti parce que nous avons cru, d’abord le club puis je m’en suis convaincu peu à peu, que le meilleur moyen de récupérer de ma blessure était non seulement de quitter le Barça mais de n’importe quel club et de récupérer. Ce à quoi je ne m’attendais pas, c’est de retrouver un club et de revenir aussi vite.

Q: Et après cette demi-saison au Brésil, vous revenez dans une équipe – Cartagena – qui vous semblait a priori idéale: une jeune équipe, avec l’espoir d’entrer dans le top-8 … Cependant, les changements d’entraîneur, de style, et quelques autres choses, ne vous permettent pas d’atteindre les objectifs.

R: Je suis arrivé à Carthagène, qui était sur le point de disparaître. Une entreprise avec beaucoup de moyens investit dans le club, elle signe Bateria ou Eka et donne une image différente, de l’espoir. Parce que nous ne parlons pas de partir de zéro, je dirais même que nous sommes partis de moins cinq. Il y avait beaucoup à améliorer et à faire, mais le club parie sur un fort investissement en image, un gymnase très cool, des joueurs de grande qualité, qui avaient quitté des équipes comme Juanpi ou Jesús en provenance d’ElPozo … Cela semblait idéal.

Bateria sous le maillot de Cartagena

La première année, vous commencez avec beaucoup de hauts et de bas, vous gagnez et vous perdez, il n’y a pas de stabilité. Ensuite, le changement d’entraîneur semble vous être bénéfique et avec André (Brocanelo) nous montons, nous devons nous rappeler que cette année-là nous n’avons pas perdu à domicile de novembre jusqu’à la fin de la saison, mais ensuite nous sommes sortis et nous n’avons pu gagner aucun match de « Notre » championnat. Je crois que l’ambition est très importante, et le club l’avait à moyen et long terme, mais il y avait aussi Jaén ou Xota. Cette route est très longue, tout ne s’est pas réalisé en un an. Des joueurs importants sont signés, un gymnase avec une très grande infrastructure est obtenu, des matchs de la communauté autonome de Murcia sont télévisés …

Je pense que cette attente était excessive. Nous étions toujours dans la bagarre, planant autour des places des séries éliminatoires, mais ce n’est pas suffisant. Un jour nous perdons un match abordable, l’autre nous gagnons au Palau, pour perdre encore le lendemain, et finir en en mettant 8 à ElPozo. Ça n’a pas été aussi mauvais qu’il n’y paraît, et ça déçoit de ne pas atteindre les objectifs, mais il faut comprendre que tout suit un processus naturel et que Valdepeñas, qui passe de la lutte pour la descente pour presque obtenir un titre, est plus un rêve que une réalité.

Q: Parmi les nombreuses raisons qui auraient pu être, l’une des plus répétées était que Brocanelo était trop tendre, qu’il devait être plus un patron et moins un ami, et c’est pourquoi quelqu’un comme Duda est arrivé, pour mettre de la rigueur.

R: André était très méthodique, mais au sein du système, il vous a donné la liberté. Il m’a demandé, dans la mesure du possible, d’inventer. Cela m’a permis de faire des choses différentes et inattendues. C’était un gars sérieux qui regardait toujours les joueurs. Je ne vais pas dire qu’il était un ami, car il faut différencier la relation personnelle avec la relation professionnelle entre le joueur et l’entraîneur, et je ne pense pas que le problème était André, ou qu’il était tendre.

« Quand le contrat prendra fin avec Kingersheim, nous verrons où je vais, mais je veux continuer encore quelques années en Europe »

Ce n’était pas non plus sa faute, bien sûr. Nous devons tous assumer une partie du blâme pour ne pas avoir participé aux playoffs. Mais je ne vous dirais même pas que tout était de sa faute ou de la nôtre. Il y a de plus en plus d’équipes puissantes, et parmi celles qui sont entrées dans le top 8, aucune n’est pire que nous ou font les choses mal. Tout le monde le méritait, même des équipes comme Peñíscola étaient éliminées, elles se débrouillaient pourtant très bien.

Q: Après avoir analysé le présent et se souvenir du passé, nous terminerons en regardant l’avenir. Plus précisément jusqu’en 2023. Vous terminez votre troisième saison à Kingersheim, vous terminez votre contrat … Et après?

R: Je veux continuer en Europe, quelque part où je suis à l’aise et avec des gens qui me veulent auprès avec eux. Je n’oublie pas le Brésil, bien sûr, car c’est pratiquement toute ma vie: la plupart de ma famille, mes amis d’enfance y sont … J’ai beaucoup de choses là-bas pour exclure tout retour, mais je continue à penser à mon avenir immédiat, aux études qui je fais actuellement et sur le fait que je peux postuler n’importe où dans le monde, tout en pensant à ma famille, qui est très à l’aise en Espagne et qui se sent comme chez elle, je dois croire que je vais continuer à rester.

Auteur: Dani López (twitter: @gremplu), traduit de l’espagnol par MadeinFutsal.com, avec l’aimable autorisation de FutsalCorner.es

Le profil de Bateria

Source: LNFS

L’avis de MadeinFutsal:

Il est vrai que le choix de Kingersheim est à priori surprenant pour la star planétaire qu’est Bateria, ce serait mentir que de dire le contraire. Après Ricardinho & his friends à ACCS, c’est comme qui dirait un cadeau bien trop gros pour les fans de futsal français qui ont des rictus d’excitation depuis janvier dernier et l’annonce de l’arrivée du portugais sur les bords de Seine. A la bonheur ! Le futsalix a des boutons qui poussent, et le futsaliste est ému. L’arrivée d’un tel crack est juste exceptionnelle. Elle donnera une nouvelle dimension au futsal français, qui plus est dans un club –officiellement – en D2 (malgré les recours en cours). Le choix de Kingersheim correspond en réalité parfaitement aux valeurs du joueur, couplées à l’ambition désormais non dissimulée du club du haut-rhin, qui veut désormais compter dans le paysage du futsal français. Succès et réussite. C’est tout ce qu’on peut leur souhaiter. Pop-corn et coca bien frais: il ne manque plus que l’abonnement télé. Comment peuvent-ils encore ignorer ce futsal français qui fascine désormais à l’étranger? Pauvre France … cher pays de notre enfance… et de la pétanque-choucroute.

  •   
  •