Ricardinho, une bonne nouvelle pour le futsal français ?

Le joueur portugais, considéré comme le meilleur joueur du monde et actuellement au Movistar (Espagne) a paraphé un contrat en faveur d’Accs.

Ricardinho, considéré comme le meilleur joueur du monde par bon nombre d’observateurs du futsal FIFA mondial, s’est rendu en décembre à Paris et a rencontré le président d’ACCS 92, afin de paraphé un contrat de 3 ans en faveur du club leader du championnat futsal FFF français.

Originaire de Porto, et après être passé par le Benfica, le Japon ou le Spartak Moscou, l’actuel joueur de l’Inter Movistar de Torrejon de Ardoz devrait ravir les fans hexagonaux, et en premier lieu, les spectateurs de la Teddy Riner Arena.

L’annonce a été faite en grande pompe sur le site web d’ACCS 92 (lien), le club des Hauts-de-Seine déclarant que « grâce à cette arrivée à très haute valeur ajoutée, (Ricardinho vient) participer enfin à l’éclosion du futsal français et révéler son réel potentiel, tel un Super Sayian ! « 

La question est: mais que vient faire Ricardinho en France, nation mineure du futsal mondial ? Cette question ne révèle pas d’un quelconque scepticisme ni d’un enthousiasme débordant non plus. Restons pragmatique. Oui, s’il vient en France en septembre, ce sera une belle nouvelle pour le futsal FIFA français, notamment en termes d’image. Et ce serait un beau coup de projecteur sur le club du 92, son président et le futsal français tout entier. Cela c’est dit…

Si l’on regarde le CV de l’ami Richard, élu 6 fois meilleur joueur du monde FIFA, il faudra aussi dire que le coco, bien que passé par l’Espagne (Movistar), le Portugal (Benfica), la Russie (bon bon, ne nous étalons pas), il est notable de remarquer que le lusitanien sera aussi allé au Japon, à Nagoya, de 2010 à 2013. Et ça, cela ne peut révéler un trait de la personnalité du lisboète: relever de nouveaux défis. Et ça, on apprécie.

Cependant, sans se mettre au niveau des futsalix des réseaux sociaux, dont les arguments vides de sens à l’encontre du club d’Accs n’étaient pas très réfléchis voire plutôt méchants, il est vrai aussi que l’on se pose des questions: le futsal français est-il prêt ? Lorsque l’on pense à l’état des gymnases (Ricardinho en « province » on attend cela), une structuration des clubs insuffisante (même en D1/D2), on a peine à croire que le portugais restera longtemps en France, ou s’y acclimatera. On espère se tromper. La France n’est pas (encore) un pays de futsal, tout le contraire de pays comme l’Espagne et le Portugal. Va falloir repeindre les murs de certains gymnases, arrêter avec « les sandwichs en fin de match » et offrir autre chose en termes d’ambiance et de protocole de matchs. Va falloir arrêter de bricoler.

Si beaucoup a été fait, les moyens mobilisés ne sont sans doute pas encore à la hauteur pour faire du futsal un sport attractif et « bancable ». Mais il y a de l’espoir. Les succès de l’équipe nationale ne pourront cacher les contraintes, les difficultés, la paupérisation des clubs de futsal. Et Ricardinho ou pas, il ne pourra rien y faire. Va falloir travailler pour que d’autres futurs stars autres que Ricardinho viennent en France, sans que cela ne suscite l’étonnement de tous, et sans que ces futurs stars ne se rendent pas vite compte qu’en fait elles se sont trompées.

Nul ne connait l’avenir, mais si le club d’ACCS saura sans nul doute préparer le terrain et aura mûrement réfléchi l’arrivée de sa star portugaise, est-ce que les instances du futsal français suivront ?: droits télés, médiatisation, implication des clubs (à tous les niveaux) dans la construction du futsal de demain, marketing … Il ne faudra plus faire mumuse. Il faudra être opérationnel à tous les niveaux. On ne devra plus se contenter que de pétanque sur certaines chaines de la TNT, et enfin propulser le futsal vers une autre dimension. Puisse Ricardinho servir à cela, entre autres, telle une locomotive.

Lorsque l’on sait que le site web de la FFF ne compte qu’une cinquantaine d’articles sur le futsal depuis la création des championnats nationaux, on se dit qu’il y a de la marge pour faire mieux. Et rien que pour cela, on dit merci au génial portugais. On espère que cela va bouger. Son arrivée saura certainement tirer vers le haut les exigences et les objectifs auxquels devront obligatoirement répondre les différents acteurs du futsal FIFA français. La France devra être à la hauteur, au risque de rater définitivement le coche, sans toutefois oublier les clubs de futsal de la base. L’arrivée de Ricardinho, c’est super. Mais c’est en arrosant les racines que l’arbre croît et voit ses feuilles se décupler.

La France devra être à la hauteur. Là on ne blague plus, il y a Ricardinho en approche…

La catégorisation des articles par type de pratique du site web de la FFF (au 29 février 2020). Le futsal (117 articles) n’y est au final que très peu abordé, arrivant en dernière position devant toutes les autres pratiques gérés par l’instance du football.
  •   
  •   

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.