Champion’s League: Barça/ACCS, ou pourquoi il n’y a désormais plus à rougir.

Le 19 Février 2021, les franciliens d’ACCS jouent « leur » match de 1/8eme de finales de l’UEFA Champion’s League face à un ogre du football en salle européen et mondial, le FC Barcelone, tenant du titre. Et puis ? Au risque de paraître complètement décalé par rapport aux médias main-streams, nous ne diront que: « et puis? ». Car 2021 ne doit plus être 2000. Car le foot en salle français, et à fortiori ACCS, a déjà gagné. Une réelle victoire. Ce foot en salle français qui n’a désormais plus à rougir face à des noms rutilants, fusse le Barça lui même. Le foot en salle français a déjà remporté une très grande victoire. On vous explique pourquoi.

La France, pays de la baguette et du bêrêt, c’est fini

Août 2014, Août 2016, Août 2017. Ces périodes ne vous diront rien, à juste titre. Elles coïncident avec les 3 périodes estivales durant lesquelles le Barça, la plupart du temps avec son équipe B, aura rencontré des clubs de football en salle français … en mode match amical. Demandez aux Longwy Boys, à Paris Acasa, entre autres, s’ils s’en souviennent .. eux. Des scores fleuves, c’est vrai aussi. Des souvenirs rapidement périssables, sans doute, pour les membres du staff culé, et un football en salle français, à juste titre, synonyme de remise en forme, de largesse offerte, voire de bizarrerie. Personne n’en voudra à aucun club espagnol, portugais ou italien. Loin de là. Implacable logique. Il fallait bien cela au football en salle tricolore – dans un premier temps– pour rêver un petit peu et dépasser les sempiternelles soucis de créneaux avec le club de hand du coin… Et puis se dorer la pilule à Figueras ou déhambuler sur les Ramblas, personne ne dit jamais non. Merci le Barça. Gracias Espana. Après le temps des rires et des chants, et malgré de nombreuses limites et souci dans ce foot en salle français qui se cherche un peu trop parfois, cette date du 19 Février 2021 marquera un tournant, celui d’une île désormais plus tellement peuplée d’enfants, mais d’un foot en salle français qui a grandit et gagne désormais la cour des grands… Les plages catalanes, aussi belles soient-elles, ne suffisent plus à ce foot en salle tricolore qui veut désormais plus.

Source: ACCS

Si rien n’augure du futur score du 1/8ième de finale entre ACCS et le Barça, le simple fait qu’un match officiel d’un club français se déroule au Palau Blaugrana est en soi une victoire. Notre mémoire flanche peut-être, mais nous n’y avons aucun souvenir d’un club français. Rien ne sert de faire la danse du paon, mais l’évènement est appréciable. Entre délectation et émotion. Merci ACCS. Bien loin cette époque avec ces quelques clubs français reçus à la Cité Sportive Joan Gamper pour des amicaux de mois d’août ou considérés à la faveur d’un coach espagnol – ancien du Barça – et qui officiait alors en Lorraine. La France des clubs, cette fois-ci, a droit a tous les égards qu’il mérite. Merci ACCS, encore une fois.

La France, ce n’est désormais plus seulement l’Equipe de France

Le futbol sala ibérique avait sans doute appris l’existence du football en salle français en 2018, au détour d’une froide soirée slovène, lors d’un match toujours vu comme un « accident » de l’autre côté des Pyrénées. On ne se mentira pas, l’exploit des « soldats bleus » emmenés par Pierre Jacky (nul face à l’Espagne lors de l’Euro) eut l’effet d’une bombe pour les observateurs ibériques. Un « accident » dans toutes les conversations audibles. Une crainte désormais non avouée publiquement également. Le football en salle français n’est pas (encore) celui d’Espagne. Mais il progresse et progresse… avec ce 19 février 2021 comme apothéose. Il n’y a désormais plus à rougir. La France est désormais à sa place.

Aucun international français de foot en salle n’évolue dans la péninsule ibérique. Implacable réalité. On ne le dira jamais assez, le foot en salle hexagonal a bien des qualités, bien trop méconnues. A notre sens très physique et technique, quoiqu’on en dise aux bords de l’Ebre ou du Guadalquivir. Oui, l’Espagne est très en avance au niveau technique, structurel et médiatique. La preuve des qualités françaises ? : un club issu de banlieue parisienne (pas de Paris, mais d’Asnières hein?) est en 8ièmes de finales de la Champion’s League. Un club renforcé de ses stars internationales, mais regorgeant également de pépites, bien françaises celles-ci. Le hasard n’existe pas. Une occasion inespérée de mettre en avant la France des clubs. Une vraie belle vitrine. Nous disions merci l’Equipe de France. A présent, merci ACCS. Il n’y a désormais plus à rougir. La France est désormais à sa place.

Source: ACCS

Le Barça ? Pas une plus belle vitrine que celle-ci !

Afin de mettre en relief le travail de longue haleine des clubs français, on ne pouvait rêver mieux. ACCS, propulsé porte-étandard du foot en salle français, jouera pour ses couleurs mais également pour tous les clubs de l’Hexagone qui auront participé à former les joueurs français qui jouent chez les Lions. Qu’on le veuille ou non, ACCS sera l’ambassadeur de la formation française: celle d’Aulnay, de Garges, du KB … Pas plus belle vitrine que ce match.

Le FC Barcelona Futbol Sala doit être respecté. Mais comme tout adversaire. Ni plus ni moins. Etre un futsaleur français, ce doit être désormais savoir ne plus être dans une admiration aveugle face à quelque club que ce soit, quelque soit son nom, aussi célèbre soit-il. Toujours être sûr de ses forces. ACCS en a. Oui, c’est le Barça. Mais la section futbol sala du Barça. Et tout adepte du contrôle semelle le sait, un match de foot en salle n’est pas un match de football. Tout est possible. L’Espagne, très respectable, a sa propre Histoire. Les clubs français ne sont pas nés de la dernière pluie. La France devra aussi savoir que son foot en salle a la sienne, construit patiemment par ses fervents défenseurs, bien avant l’avènement du foot en salle version FFF.

Brève histoire (de la section futbol sala) du club catalan: le Barça aura commencé à jouer au football en salle en 1976 et sa section officiellement créée en 1978. Formé initialement de joueurs à 11 qui jouaient des amicaux et tournois de charité, la section futsal du club culé fut rapidement dissoute en 1982/1983. Reformée en 1986 et à la faveur de la création de la création de la LNFS fin des années 80, le Barça fut l’un des premiers participants à cette LNFS, regroupant alors 48 équipes. Jusqu’à la saison 1997/1998, le club ayant réduit le budget de sa section futsal, le Barça n’était d’ailleurs formé principalement que de joueurs locaux, bien loin des stars d’aujourd’hui, venues d’Amérique du Sud notamment. C’est lors de cette saison 97/98 que les Catalans furent d’ailleurs relégués en Division de Plata.

Le Barça, vainqueur de la dernière Champion’s League (source: Barça)

Malgré un retour dans la Division de Honor, le Barça réussit à se relever en terminant deuxième lors de la saison 1999/2000, terminant sixième lors de leur première saison en 2ème division. Pendant les trois saisons suivantes, et jusqu’en 2002/2003, les Catalans furent en difficultés en terminant à chaque fois dans les dernières positions du classement. C’est la saison 2005-2006 que, sous les ordres de Marc Carmona, Barcelone réussit à refaire surface, avec une nouvelle ère de professionnalisation.

Il faudra que les vrais fans de football en salle français comprennent (peine perdue pour les autres) que le FC Barcelone est un club omnisports, avec ses atouts et ses limites. La section futsal, dès les années 2000, aura dû rapidement assumer sa professionnalisation, avec ses propres sponsors. Les plus anciens se souviendront de Mobicat, d’Alusport, de Lassa (les pneus) ou d’Assistencia Sanitaria, dernièrement (dès 2019). C’est lors de la saison 2010/2011 que le Barça emportera son premier titre officiel de football en salle. Ce fut en Coupe, face à El Pozo Murcia. C’était il y a 10 ans.

Depuis, le Barça pourra s’enorgueillir d’avoir remporté 4 Ligas, 5 coupes d’Espagne, 2 supercoupes, 3 Ligues des Champions (la dernière en octobre 2020 face à Murcia), 7 coupes du Roi, 10 de Catalogne….

Tout fan de foot en salle saura écarquiller les yeux. C’est à la limite normal. Ne parlons pas de ceux qui verront du foot en salle pour la première fois à la télévision. Respect, et puis? La France des clubs a elle aussi son Histoire. Celle de ses clubs et de ses acteurs. Il n’y a désormais plus à rougir. La France est désormais à sa place. Face à l’ogre catalan, pourra aussi s’ériger celui qui a aussi faim de victoires…

Un match en prime time. Un match pour l’Histoire.

Cela fait des années que tout le monde le dit. Pourquoi de la pétanque, pourquoi de la fléchette, et pas du foot en salle ? Toute la « communauté du contrôle-semelle » est désormais vengée. Enfin une retransmission sur la TNT et gratuite. Il ne sera désormais plus la peine de veiller à la connexion wifi du foyer. Magnifique. Un vrai tournant. L’occasion d’en faire profiter toute la famille.

Nous oublierons pour un temps tous ses médias qui comparent ACCS au PSG, Nelson Lutin à MBappé, ou Ricardinho au CR7 du football. Tout est pardonné. Pour un temps. Car cet évènement devra forcer toute la sphère pro-foot (et ceux lassés par le foot) à enfin prendre le temps. Celui de considérer ce foot en salle comme un sport à part, avec ses valeurs, son atmosphère et les Hommes qui le font chaque jour. Nombreux seront les footeux effarouchés qui attendront que Messi face son entrée sur le parquet (le Barça hein?). Qu’ils attendent toujours de voir. Ils tomberont amoureux d’une opposition Ferrao/Ricardinho, d’un petit pont d’Esquerdinha ou d’une parade d’Aksentijevic. Ils s’intéresseront au fait que Daniel Shiraishi, surnommé « el japonès« , n’est en fait pas japonais.

Shiraishi, le japonais aussi japonais que l’ex président péruvien Fujimori (source: Barca)

C’est tout le mal que nous souhaitons un foot en salle, et notamment français, d’attirer la horde de futsalix, de moutonneux et autres « pseudos fans de foot par procuration » de voir que le foot en salle des clubs, et celui d’ACCS en particulier, vaut la peine d’être considéré. Ils sont les bienvenus. Il faut « toujours commencer un jour » dit-on souvent: à jouer au foot salle, à coacher, ou ne serait-ce qu’à l’aimer. Espérons que des maires soient également devant leur écran. Il n’y a désormais plus à rougir. Etre fier. La France est désormais à sa place.

Le Barça. Et puis ?

Le Barça est un adversaire coriace et respectable. On ne peut pas ne pas respecter. Mais le Barça n’a jamais réellement lutté contre l’adversité. Tant mieux pour lui. Le foot en salle français des clubs, quant à lui, s’est toujours battu contre le manque de reconnaissance, grandissant avec ses armes. Ce foot en salle français, celui des clubs spécifiques, celui de ses présidents qui ne manquent ni d’ambitions ni d’idées. Ce sport trop souvent relégué comme un passe temps pour ado de cités en mal d’ambitions, justement. Ils verront. Ils sauront. La France des clubs qui gagne, qui ose, sans l’aide d’un club à 11 ni de coups de pouces de personne, c’est aussi un petit peu (beaucoup) l’image de ce club d’ACCS.

page web du Barça, extrait (18/02/2021)

Pas issu de Paris, comme le disent trop souvent les médias. Pas la peine de mettre « Paris » pour se mettre au niveau de « Barcelone ». ACCS ?: ni PSG, ni MBappé, ni Ronaldo. ACCS: plutôt Asnières/Villeneuve, Nelson Lutin, Abdessamad Mohammed. Cette France, fièrement celle du « banc des lieux », qui affrontera le Barça, un soir de février 2021. Du foot en salle. Pas de la pétanque de Marseille … ou de Paris. Que le Barça le sache.

Nous avons gagné. Nous avons déjà gagné. Il n’y a désormais plus à rougir. Etre fier. La France, celle des clubs, est bien à sa place. Aux antipodes de ce « sacro-saint » pessimisme voire défaitisme dont on a trop l’habitude dans notre pays, la France du foot en salle ne devra plus douter ni avoir peur désormais. Ce 19 février fera date, au-delà du score final. Car nos clubs viennent de loin. Cette France des clubs veut à présent « sa part du gâteau », celle de compter désormais sur les parquets d’Europe. Il n’y a désormais plus à rougir. Jamais. La France des clubs, celle notamment d’ACCS, nous rend déjà fiers, et aura désormais gagné le respect de tous. Cela pourrait paraître pour beaucoup comme peu, mais c’est déjà beaucoup. Nous n’oublierons jamais d’où nous venons…

Sources:

  • https://www.lnfs.es/equipo/bar%C3%A7a/18/2021/palmares
  • http://www.lessentiel.lu/fr/sports/story/attention-le-barca-debarque-a-longwy-27121184
  • https://www.francebleu.fr/infos/culture-loisirs/futsal-les-jeunes-toulousains-de-l-ujs-vont-defier-le-fc-barcelone-1485810477
  • https://es.wikipedia.org/wiki/F%C3%BAtbol_Club_Barcelona_(f%C3%BAtbol_sala)
  • https://www.fcbarcelona.es/es/futbol-sala
  • Sources photos (B.Guigou)

  •   
  •