En avant Parti Communiste !

« C’est la lutte finale, Groupons-nous et demain, l’Intern » … Derrière cette entame d’article quelque peu aguicheuse, se cache la volonté de vous faire découvrir un club peu commun et assez original, à l’ascension qui force le respect: Le Parti Communiste de Moscou (MFK KPRF) … évoluant en 1ère division futsal russe. Une découverte haute en couleur, en rouge précisément…

Au départ, un tournoi des partis politiques

C’est à l’été 2003 que commence l’histoire. L’équipe du Parti communiste de la Fédération de Russie (le parti politique) a participé au Tournoi de futsal des partis politiques. Le Parti Communiste l’emporte (pas les élections … le tournoi). Si la compétition avait eu lieu dans le cadre de la campagne électorale et n’avait aucune signification sportive, la direction du parti montrera nénamoins un grand intérêt pour la discipline. C’est depuis cette date que le MFK KPRF (Mini-futbol’ny Klub Kommounistitcheskaïa partia Rossiskoï Federatsi ou Club de Mini Football du Parti Communiste de la Fédération de Russie) a fait un long chemin, jusqu’à participer au Final Four de l’UEFA Champions League.

De champion de Moscou à Champion de Russie de D2, en 2 ans

En 2009, le club est devenu le champion de la ville de Moscou, et quelques vétérans bien connus, sur le podium à la Coupe du Monde en 1996 (Espagne) ou champions d’Europe en 1999 ont largement contribué à ce succès (Arkady Belyi, Alexander Verizhnikov, Dmitry Gorin, Mikhail Markin, Oleg Denisov, Ilya Samokhin). Le capitaine de l’équipe était Ivan Melnikov, le fils du premier vice-président du Parti communiste (Melnikov est aujourd’hui président du club et Belyi est directeur général).

L’ossature de l’équipe russe championne d’Europe en 1999, charnière du KPRF dix ans plus tard

Après une saison aussi réussie, le chef du Parti communiste Gennady Zyuganov et d’autres dirigeants du parti organisèrent une réception à la Douma (parlement russe), au cours de laquelle il a été décidé de former une véritable équipe de mini-football professionnel puis de faire des tests parmi les meilleures équipes de Russie en seconde division (la deuxième ligue la plus importante du pays).

En 2011, le club est devenu le champion de la Ligue majeure du championnat russe, accédant ainsi à la Superleague. Durant les quatre années qui suivent, le club atteindra la phase éliminatoire en quarts pendant 3 années consécutives.

source: Kprf

En 2019, KPRF est finaliste de la SuperLeague et atteint le Final Four

Au cours de la saison 2018/2019, le club a surmonté toutes les étapes des éliminatoires et atteint les finales de la Super League, et, en tant que vice-champion du pays, a reçu un deuxième billet de la Russie pour l’UEFA Champions League. Au cours de cette saison 2019/2020, le MFC KPRF a remporté 6 victoires en 6 matches au tour principal puis Elite de l’UEFA Champions League … et atteint le Final Four UEFA League.

Le KPRF en Champions League face à Halle Gooik (Belgique), en Novembre 2019,dans sa première UEFA Champions League.

Il existe également une deuxième équipe KPRF-2 dans la structure du club, ce qui au fil des ans a apporté au club deux autres titres de Ligue majeure.
Il existe également une équipe de la « Garde Rouge » pour former des joueurs de moins de 21 ans. Les U16 du club sont également vices-champions de Russie lors de la saison 2019-2020.

Source: kprf

L’ambitieux club moscovite attire

Le club moscovite nourrit de nombreuses ambitions, lui qui a su attirer l’international Angel Velasco Marugan alias Lin, monument du futsal espagnol de 33 ans en provenance du Barça (6 saisons en Catalogne et 5 à Caja Segovia). Avec 2 saisons pleines et 2 Coupes de Russie remportées, pas sûr que l’ailier ségovian regrette son choix. Le triple vainqueur de l’Euro avec l’Espagne et deux fois vainqueur de la Champions League se sent comme à la maison.

Lin, légende du futsal espagnol (source: Kprf)

Le club accueille également d’autres étrangers comme Razuvanov (Ukraine), Raul Gomez (espagnol en provenance de Peniscola) ou le brésilien Romulo, entre autre.

Selon le club, le « KPFR adhère au principe du « sport en dehors de la politique », le développement du sport et de la jeunesse par le Parti Communiste russe s’en voit crédibilisée« . Si rouge est le parti politique qui l’a vu naître, autant dire que le rouge de son maillot risque vite d’être bien connu des parquets d’Europe.

« C’est la lutte finale, groupons-nous et demain … à l’internationale … le K.P.R.F pourra toujours être vainqueur! ». C’est en tous cas tout ce qu’on peut souhaiter comme chant aux supporters du KPRF, le club le plus en vue du moment du coté russe et européen.

NB: à l’heure d’écriture de cet article, le KPRF devait commencer sa phase finale (prévue à Minsk les 24 et 26 avril 2020) et jouer face au Barça. Match repoussé en raison de la crise sanitaire du Coronavirus.

  •   
  •