SEGURA (Sporting): « Une expérience positive »

Albert SEGURA RODRIGUEZ vient d’annoncer son départ de Paris, après 3 ans passé au Sporting. Formé à Santa Coloma et natif de Badalone, le joueur espagnol de 33 ans s’est confié à Madeinfutsal. L’occasion de mieux connaître ce talentueux ailier, dont on ne connait encore la destination, mais qui saura rebondir à n’en pas douter dans un club ambitieux. L’occasion aussi de faire un bilan de ses 4 saisons passées en France.

Bonjour Albert. Peux-tu te présenter pour les personnes qui ne te connaissent pas bien ?

Je suis Albert SEGURA, je suis joueur de futsal professionnel depuis mes 17 ans. Je suis ailier et un joueur rapide, vif et dévoué. J’ai joué en Espagne durant 10 années à Marfil Santa Coloma, durant une année à Cagliari Futsal, puis en France durant 4 ans (dont 1 à Nantes et 3 au Sporting de Paris).

Tu as passé 3 ans dans l’un des clubs les plus connus de France, le Sporting de Paris. Quel serait ton bilan sportif quant à cette expérience ici en France ?

On peut dire que mon bilan était bon. Après une première année difficile, en raison d’un changement de génération dans le club avec de nombreux joueurs et un nouvel entraîneur, nous avons pu disputé la demi-finale de la ligue, la deuxième année nous avons réussi à remporter la Coupe de France et cette troisième saison n’était pas si mauvaise (troisième de la ligue et huitièmes en Coupe). Ce fut une expérience positive.

SEGURA, sous les couleurs de Marfil Santa Coloma

Sur un plan humain et social, que retiendras-tu de Paris ? Une image en particulier ?

Les grands coéquipiers que j’avais dans l’équipe qui m’ont accueilli dès le premier instant, et une image particulière que je garde avec tous les fans célébrant la Coupe de France dans le gymnase.

Un mot à propos de Paris ?

Un défi au niveau de la langue, de l’intégration, de l’apprentissage.

10 ans avec Marfil Santa Coloma. Peux-tu nous en dire plus à propos de ce club peu connu en France, et son originalité dans le paysage du futsal espagnol et catalan ?

Oui, j’ai passé 10 ans dans l’équipe première de Marfil Santa Coloma, qui s’appelle aujourd’hui Industrias Santa Coloma, dont 5 années dans les catégories Jeunes. Le club a été créé en 1975, c’est le plus ancien de la LNFS. Son plus grand succès a été d’arriver en finale du championnat durant la saison 1998/1999. Le club remportera aussi 2 Coupes de Catalogne et jouera une finale de Coupe du Roi en 2015.

Quelles sont les raisons pour lesquelles tu es allé à l’étranger, au lieu de rester en Espagne ? Est-ce que tu peux nous raconter ton expérience italienne ?

Eh bien, les raisons étaient économiques car l’Espagne avait beaucoup de possibilités en termes économiques. L’expérience fut bonne et belle quand j’étais en Sardaigne, une île où la qualité de vie était élevée (beau temps, plage, nourriture).

Segura, sous les couleurs de Cagliari Futsal (Italie)

Après l’Italie, quel a été le contexte de ton retour en France ? Pourquoi un championnat amateur et non professionnel comme dans d’autres pays d’Europe ? Pourquoi la France ?

Eh bien, parce que je connaissais des joueurs qui jouaient en France et qui m’avaient dit du bien du championnat. La vérité c’est que chaque année ce championnat est de plus en plus professionnel et le niveau plus élevé.

Segura, après une saison à Nantes, filera en Italie.

La France a beaucoup de progrès à faire en comparaison avec la LNFS ou l’Italie par exemple (ligues professionnelles). Que penses-tu qu’il manque en France aujourd’hui ? Quelles ont été les différences qui t’ont le plus impressionnées à ton arrivée ?

Il reste à la fédération française de prendre au sérieux le futsal et à tout professionnaliser, et j’ai été impressionné par le championnat par sa qualité technique et le côté physique des Français.

Peux-tu décrire les détails de ton positionnement sur le parquet ?

Je suis ailier, rapide, insistant, aimant la pression, un vrai joueur d’équipe.

Quel système de jeu préfères-tu le plus ? Peux-tu l’expliquer pour ceux qui ne connaissent pas le futsal ?

Pour ma façon de jouer, j’aime plus le 4 à 0, pour la mobilité entre lignes, sur les touches, les parallèles. Le 3 à 1 est bien avec un pivot dominant aussi.

Tu viens de partir de Paris. Quel type de club cherches-tu aujourd’hui ? Est-ce qu’un championnat te plairait en particulier ? Un championnat en particulier que ne soit ni en France, Italie ou Espagne ?

Cela me plairait de revenir en Espagne, en première ou seconde division.

Qu’est-ce qui est le plus important pour toi dans le futsal? Quelle valeur te définit le mieux ? Qu’est-ce qui te définit comme joueur de futsal ?

Le travail en équipe. Le sacrifice. La camaraderie.

Quel est ton meilleur souvenir au futsal ?

Mes débuts en première division en Espagne lorsque j’avais 17 ans, avec Marfil Santa Coloma, et la montée en Première division toujours avec Marfil.

Nous sommes très intéressé pour te poser la question, à savoir : pour toi, le futsal, c’est du football ou du futsal. Et pourquoi ?

Le futsal n’est pas du football. C’est totalement différent. Le futsal est beaucoup plus rapide techniquement, tout est plus réduit et la prise de décisions se font plus rapidement.

Quel serait ton message pour les personnes avec lesquelles tu as joué, tes entraineurs ? As-tu un message spécial à dire ?

Pour mes coéquipiers du Sporting, j’aimerai leur dire merci pour ces 3 années environ, pour m’avoir intégré, pour les choses que nous avons accomplies ensemble et surtout pour les bons amis que j’ai gagné.

Qu’est-ce que l’on peut te souhaiter de meilleur ?

La santé et le succès dans le futsal.

Le mot de MadeinFutsal: Le futsal français a pu vérifier toute l’étendue du talent de ce talentueux joueur qu’est Albert SEGURA, et aura su ravir les supporters de Nantes puis surtout du Sporting Paris de part son professionalisme et son engagement sur le terrain. Albert SEGURA trouvera à n’en pas douter un projet qui saura correspondre à toutes ses qualités athlétiques et techniques. MERCI ALBERT!

  •   
  •